Décès: Jack Layton, solide soutien de la communauté GLBT

Par  |  Aucun commentaire

Jack Layton NPD gay

Ostie de cancer ! La maladie aura finalement été plus forte que Jack Layton. Le patron emblématique du NPD s’est éteint « paisiblement chez lui, entouré de sa famille », a annoncé ce matin le parti de l’opposition, dans un communiqué. Le 25 juillet, l’adversaire principal de Stephen Harper avait annoncé souffrir d’un nouveau cancer, l’obligeant à quitter temporairement ses fonctions.

Homme politique charismatique, Jack Layton s’est toujours présenté comme un vrai défenseur des droits GLBT. « Nous sommes le parti qui a constamment travaillé […] aux côtés des communautés gaie et lesbienne, et, ces dernières années, aux côtés de la communauté trans, pour défendre l’égalité, le respect et la justice », expliquait-il à X-tra, en janvier 2006. Ses participations aux fiertés gaies de différentes villes du pays étaient devenues une habitude.

Soutien ferme en faveur du mariage gai

Dès les années 80, alors qu’il était président du Conseil de la santé de Toronto, Jack Layton avait pris part à la lutte contre le VIH/SIDA, pendant que l’épidémie frappait de plein fouet la communauté LGBT. Il a été à l’origine de la mise en œuvre du premier plan municipal d’une ville canadienne pour combattre le fléau.

En 2005, Jack Layton avait approuvé sans hésitation – contrairement à beaucoup d’autres chefs de parti – le projet de loi fédéral légalisant le mariage gai et l’adoption pour les couples de même sexe. Parce qu’elle avait voté contre le texte, il avait poussé la députée Bev Desjardins à quitter le NPD.

Ces dernières années, sous son impulsion, le Nouveau Parti démocratique s’était encore démarqué dans la défense des droits GLBT. Député du NPD, Bill Siskay avait, l’an passé, défendu le projet de loi C-389 pour ajouter l’identité et l’expression de genre aux caractéristiques distinctives protégées en vertu de l’article du Code criminel portant sur la propagande haineuse et des autres dispositions portant sur la détermination de la peine.

Crédits photo: mattjiggins.