Davantage de fumeurs chez les gais et les bisexuels

Par  |  1 commentaire

Cigarette Fumeurs gais homosexuels REZO

Joseph Erban intervient alors que les données sont alarmantes. Les études menées en Amérique du Nord ont montré que le taux de tabagisme de la communauté gaie est à peu près le double de celui de la population globale et le triple chez les bisexuels. Il existe par ailleurs une plus grande prévalence de la cigarette chez les adolescents gais et bisexuels (35 % contre 29 % chez les hétérosexuels) ou chez les séropositifs (de 47 à 67 % contre 20 % de la population en général).

Être. Qu’est-ce qui explique cette surconsommation de la cigarette au sein des communautés gaie et bisexuelle ?

Joseph Erban. Plusieurs études ont été faites et on sait que certains phénomènes sont uniques car liés à leur identité. Par exemple, il y a une espèce de stress plus élevé par rapport à la population générale, associé au fait que ces personnes cachent leur identité, du fait de la peur du rejet par leur famille ou leur communauté. Il y a aussi la peur d’attraper le Sida… N’oublions pas non plus  que les gais et les bisexuels socialisent davantage dans les bars, où alcool et cigarettes vont ensemble.

Être. Pouvez-vous nous rappeler l’impact de la cigarette sur la santé ?

J.E. On sait que la nicotine augmente les neurotransmetteurs dopamine qui soulagent les émotions négatives. Souvent, les gens utilisent la cigarette pour gérer leur stress, mais ce n’est pas une bonne façon de faire. 50 maladies sont associées à la cigarette, y compris la dysfonction érectile. Quand je vais dans un bar et que je vois dix personnes fumer, je sais que cinq d’entre-elles vont mourront [du tabac]. Ils vont perdre dix à quinze ans de leur espérance de vie. Je ne vois aucune chose positive, je vois juste le côté négatif associé à la cigarette.

Être. Malgré les campagnes de prévention, l’image de la cigarette semble toujours positive dans la communauté…

J.E. Si on regarde les statistiques, les campagnes pour essayer de sensibiliser la population en général n’ont pas eu d’effet envers les communautés gaie et bisexuelle. Des études ont montré que les compagnies de tabac avaient identifié ces dernières comme un marché. Elles ont utilisé l’image du macho et joué sur les valeurs gaies et bisexuelles. On n’a pas vraiment eu de rôle modèle au sein de notre communauté pour nous dire que la cigarette est mauvaise. Du coup, il est perçu comme normal de fumer.

Être. Qu’est-ce qui doit être fait, selon vous, afin de s’adresser plus directement aux gais et bisexuels ?

J.E. Lorsque je les rencontre à la clinique, je vois  que ces gens ne se sentent pas confortables dans des groupes mixtes. C’est pour ça que l’on a créé un espace où ils peuvent s’exprimer librement. Je pense que ça doit être fait par tous les organismes qui touchent à l’arrêt du tabac. Il faut aussi des campagnes de publicité ciblées sur la communauté, de manière systématique et sur la durée, afin que les jeunes ne commencent pas à fumer et si les gens fument, pour les aider à arrêter.

L’Hôpital général juif de Montréal et RÉZO offrent depuis mars 2011 un service d’ateliers de groupe et individuel adapté aux hommes gais et bisexuels qui désirent arrêter de fumer. Pour en savoir plus : www.rezosante.org/9-atelier-arreter-de-fumer.html

Site de la Semaine québécoise pour un avenir sans tabac : www.mondesansfumee.ca.

 

1 Comment

  1. kuroshitsuji

    17 janvier 2012 at 18h11

    Il existe un moyen qui n’est pas reconnu comme un moyen de sevrage mais qui commence à faire parler de lui : la cigarette electronique. J’en utilise moi même et je dois avouer que je suis assez impressionnée du résultat. Je commence enfin à voir le bout du tunnel. Pour les personnes qui souhaiteraient en savoir + sur le fonctionnement ou qui auraient des questions, je vous conseille d’aller faire un tour sur http://www.forum-ecigarette.com/ . Je précise cependant que la politique du forum est la neutralité par rapport aux vendeurs et qu’il ne s’agit donc pas d’une publicité pour telle ou telle marque. Il s’agit d’un forum d’entraide animé par des bénévoles où l’on peut lire des témoignages de personnes ayant arrêté grâce à cela, poser toutes les questions que l’on souhaite. Je vous conseille d’y faire un tour et de se renseigner. En outre, ça n’engage en rien.