Conseil resto – Zenya: les délices nippons de Montréal

Par  |  Aucun commentaire

Zenya (la maison du zen en japonais) n’est pas un restaurant sur lequel on va tomber facilement. L’entrée du restaurant ne donne par sur la rue et se trouve même au deuxième étage d’un complexe situé rue Sainte-Catherine. C’est d’ailleurs pour cette raison que lors de son ouverture en 2000, Zenya a eu du mal à rencontrer le succès. «J’allais chercher les clients dans les autres établissements du complexe», raconte ainsi John Verzamanis, gérant du restaurant. Mais le bouche à oreille a permis rapidement de retourner la situation.

Qu’est-ce qui a attiré les clients ? D’abord une ambiance où le calme et la sérénité sont mis en avant. Des rideaux sombres cachent volontairement  la vue sur la rue et le trafic. Ici, tout se fait autour de bougies et de lumières tamisées, la journée comme le soir, avec une musique relaxante pour accompagner votre repas.

Les chefs ? La crème de la crème

Autre point fort : le décor, moderne (avec ces tuyaux d’usine laissés apparents au plafond) et surtout atypique (comment ne pas remarquer, dès que vous rentrez, les deux salles privées et ce magnifique tatami pour les groupes ? Attention pensez à réserver si vous souhaitez en profiter).
Évoquons enfin (et surtout!) la nourriture. Tous les chefs ayant travaillé pour Zen Ya depuis dix ans sont japonais et représentent la crème de la crème. Beaucoup de plats sont ici préparés directement sous vos yeux, «parce qu’il s’agit d’un art», précise John Verzamanis. Les produits sont pour la plupart directement achetés à des compagnies japonaises et chinoises.

[DDET Lire la suite…]

Un trésor en dessert

Être vous recommande la galette des deux saumons où le canapé de riz frit se marie parfaitement avec le saumon tartare et le saumon fumé. Coup de cœur aussi pour le sashimi au bœuf, légèrement mis sur le grill, avec de la sauce ponzu. Enfin, après les plats principaux, ne passez pas à côté d’un trésor, au moment du dessert : la crème glacée au thé vert en croûte de tempura. Un vrai moment de bonheur.
Par ailleurs, si vous avez envie de pousser la chansonnette après avoir fait plaisir à votre estomac, laissez-vous tenter par le karaoké (une des plus grandes passions des Japonais) qui se trouve dans le complexe, juste à côté du restaurant.
Contrairement à certains restaurants qui, à trop vouloir miser sur la forme (déco, etc.), négligent l’essentiel (la nourriture), Zen Ya a bon sur tous les tableaux. L’équipe de John Verzamanis réussit parfaitement son pari : nous «faire pénétrer dans un autre univers qui nous laisse croire qu’on quitte Montréal». On part du restaurant heureux d’avoir pu goûter à de la «vraie» cuisine japonaise au Québec… et en se promettant que ce ne sera pas la dernière fois !
Zen Ya
486, rue Sainte-Catherine Ouest
2ème étage
H3B 1A6
http://www.zenyarestaurant.com/
Crédits photo: DR.

[/DDET]