Conseil resto: Fabergé, nouveau brunch de référence dans le Mile End

Par  |  Aucun commentaire
Fin XIXème/début du XXème siècle : le joaillier Pierre-Karl Fabergé acquiert une immense renommée auprès de différentes cours royales en Europe, à commencer par les tsars Alexandre III et Nicolas II de Russie. Jusqu’à la Révolution de 1917, Fabergé fait en effet le bonheur des Romanov grâce à des chefs-d’œuvre un peu particuliers : des œufs faits – entre autres –  de pierres précieuses.
Autant dire que le petit nouveau des spécialistes du brunch dans le Mile End a mis la barre haute en choisissant son nom. «Nous voulons aussi être uniques et jouer sur le côté luxueux et chic… mais avec un menu raisonnable et fait pour tout le monde, où l’œuf occupe une place centrale », explique Devin, l’un des trois propriétaires de Fabergé.

De l’œuf dans le trou aux surprises grecques

On peut parler de mission accomplie : entre une nourriture délicieuse et copieuse, des belles idées dans le menu et des prix abordables (8-10 dollars par plat), Fabergé, ouvert depuis à peine quelques mois, est en passe de devenir une référence pour les amateurs du genre.
L’œuf dans le trou est un pur délice, tout comme les œufs bénédictines à la méditerranéenne avec notamment, jolie originalité, de la féta. Une idée de Costa, cuisinier et propriétaire de Fabergé dont les origines grecques permettent à certains plats classiques de prendre un aspect et un goût uniques. Autres plats à vous recommander : la poutine faite avec des frites maisons et une sauce à base de légumes, le pain doré avec noix de pécan ou le tuna melt.
Côté sucré, on ne pourra que vous conseiller la danoise à la cannelle ou les cakes rouges parsemés de compote de fraises. De quoi vous faire oublier tous vos soucis de la semaine un samedi ou un dimanche.

[DDET Lire la suite…]

Une déco simple et chaleureuse

Grâce à ces plats, et en quelques semaines, Fabergé a su attirer une clientèle nombreuse et variée, du jeune cadre travaillant à côté à la famille en passant par les lève-tard qui ont envie de s’offrir un moment gourmand. Au final, les 80 places que compte le restaurant sont régulièrement occupées.
Chacun de ces clients appréciera une déco où la simplicité des murs blancs et des tables en bois clair se mêle aux couleurs chaudes des banquettes violettes et aux parois «taguées». D’autres se réjouiront aussi de voir les propriétaires de Fabergé laisser dorénavant ouvert l’établissement les soirs de parties de hockey.
Sur le mur à côté de la caisse, vous pourrez remarquer par ailleurs de nombreux billets accrochés au mur (il y a même un billet de 100 dollars). Une coutume pour porter chance quand un établissement ouvre. Quand vous vous rendrez chez Fabergé, vous vous rendrez compte néanmoins que sa réussite n’a rien à voir avec le hasard.

[/DDET]