Concert de Clémence Desrochers : en tête-à-tête avec le public

Par  |  Aucun commentaire

Clémence Desrochers concert Québec lesbienne

Née à Sherbrooke en 1933, Clémence Desrochers s’est établie à Montréal à l’âge de 17 ans dans le but de faire carrière dans le monde du spectacle. Abordant des sujets tantôt ordinaires, tantôt tabous, sa plume colorée et sa bonhomie l’ont menée au succès sur les planches ainsi qu’au petit écran comme au grand. Fille du poète Alfred Desrochers, elle admet que l’intensité de ce dernier – qui clamait ne pas pouvoir vivre sans la poésie – a façonné l’artiste, mais surtout l’auteure, la monologuiste et la scénariste polyvalente qu’elle est devenue.

Cinquante ans plus tard, c’est en faisant le ménage de son garage que l’idée de célébrer les noces d’or de cette carrière bien remplie lui est venue. « L’hiver s’en vient et il faut absolument rentrer le “char” dans le garage. Le problème étant que l’on y retrouve trop de boîtes de marchandises. Avec Louise (sa conjointe), nous avons sorti et classé les trucs, afin de les incorporer à un coffret. À l’intérieur, il y a tout ce que je suis », racontait Clémence au magazine 7 Jours à l’occasion de la sortie du coffret « Vente de garage » en 2009.

Démystifier les tabous

Chemin faisant, l’envie d’une sorte de rétrospective a fini par se transformer en la création du spectacle-entrevue, 50 ans de métier, ça s’raconte, animé par son amie Danielle Bombardier, où elle relate avec humour son enfance ainsi que ses débuts sur les planches. L’artiste polyvalente y partage aussi quelques épisodes importants de ce parcours artistique qui a profondément marqué l’histoire du spectacle au Québec. Généreuse, elle répond même à quelques questions du public…

Ayant toujours été plutôt discrète au sujet de sa vie personnelle, ce n’est qu’au tournant des années 2000 que Clémence Desrochers a dévoilé publiquement son homosexualité alors que sa conjointe et agente, Louise, éprouvait des problèmes de santé. « Il fallait que je dise mon amour pour Louise. Pourquoi ne pas parler à haute voix de l’amour de deux femmes », avait-elle déclaré au moment de révéler la relation qui l’unissait depuis déjà 40 ans à sa compagne.

Écriture « humaine et simple »

Figure emblématique de l’avancement des droits des femmes au Québec, Clémence Desrochers n’en était pas à sa première expérience quant à la démystification d’un tabou. En effet, elle qui a notamment consacré un stand-up complet au thème de la ménopause, n’a jamais senti le besoin de mâcher ses mots.

« Humaine, simple, empathique et honnête » : c’est ainsi qu’elle a décrit son écriture dans l’introduction d’un film produit par l’ONF à l’occasion de la remise des prix du gouverneur général des arts et spectacles en 2009. Suivant les traces de son père, Clémence Desrochers a reçu cette distinction des mains de l’honorable Michaëlle Jean, personnalité pour qui l’humoriste a avoué « jadis avoir eu un petit kick ».

Avec 50 ans de métier, ça s’raconte, le public a droit à une rencontre privilégié avec cette artiste appréciée pour sa franchise. Elle livre le témoignage d’une carrière remarquable.

50 ans de métier, ça s’raconte
Samedi le 5 novembre, 20h
Théâtre le Petit Champlain
68 Rue du Petit Champlain, Québec
(418) 692-2631