Cette riviera XIXe – Bas-Saint-Laurent

Par  |  Aucun commentaire

Après l’Ile d’Orléans, l’eau du Saint-Laurent devient progressivement salée. Cette transition s’opère dans le Bas-Saint-Laurent aussi appelé le Bas du ​
fleuve. On entre ici dans la vaste zone du Québec maritime qui s’étend sur plus de 1,000 km. À l’activité agricole traditionnelle de la Vallée du Saint-Laurent, s’ajoute ici les pêcheries, une activité bien plus ancienne que l’agriculture dans cette vaste aire maritime qui était fréquentée par les intrépides pêcheurs basques venus d’europe d`s le XVe siècle comme le rappelle la région dite ‘des Basques’ autour de Trois-Pistoles.
Le tourisme s’y est développé dès le XIXe si`cle avec le développement du chemin de fer transcontinental. De Kamouraska à Métis-sur-mer au début de la Gaspésie voisine, la bourgeoisie montréalaise aimait y séjourner pour fuir la pollution de la révolution industrielle en milieu urbain. Dans ces jolis villages, vous retrouverez beaucoup de ces villas bourgeoises du XIXe siècle qui avaient transformé la côte en riviera du XIXe siècle.
Issu d’une famille bourgeoise, c’est à Cacouna que le prodigieux poète Émile Nelligan passait ses étés. C’est certainement dans les légendes des nombreux naufrages qui ont marqué son histoire, qu’il a trouvé l’inspiration de son plus célèbre poème Le Vaisseau d’Or.
Avec le développement du réseau automobile et des stations balnéaires américaines, cette rivera a été peu à peu abandonnée par les plus fortunés. Plusieurs anciennes villas sont devenus des auberges de charme et les visiteurs peuvent y jouir des paysages spectaculaires de cette région entre le fleuve et la mer.
Pour ceux pour qui la mer rime avec plage, cette région compte les premières véritables plages de sable en eau salée du Saint-Laurent. Les amateurs doivent découvrir Sainte-Luce-sur-mer, cette destination balnéaire voisine de Rimouski.
Dans cette région peu peuplée qui s’étend sur 200 km en bordure du Saint-Laurent, où Rimouski avec ses 50,000 habitants est le plus important centre urbain, la vie gaie n’a pas pignon sur rue malgré une vie associative depuis plus de deux décennies. Mais vous y trouverez plusieurs établissements homosympas où vous pourrez profiter de cette vie paisible et renouer avec la nature et la mer