Ces hétéros qui sont des stars de porno gai !

Par  |  Aucun commentaire

Ils sont hétéros mais ils tournent dans des pornos gais pour l’argent : on les surnomme les gay for pay. « Straight Guys » (mecs hétéros), un documentaire de Daniel Laurin, revient sur ce phénomène en pleine expansion dans l’industrie du X. Présenté le 4 juin dernier dans le cadre du festival Doc Now de Toronto, le documentaire s’immisce dans les coulisses de ce business très juteux (sans jeu de mots).

Daniel Laurin et Conner Habib dans "Straight Guys"
Daniel Laurin et Conner Habib dans « Straight Guys »

Pourquoi des acteurs hétéros ne voient-ils pas d’inconvénient à avoir des rapports homosexuels ? Sont-ils vraiment gais ? Pourquoi le public gai aime-t-il autant voir des pornstars hétéros se donner du plaisir ? Forcément provocant, le film fait le tour de la question en interrogeant les acteurs, producteurs et réalisateurs, ainsi que des experts en pornographie, historiens et théoriciens, comme l’indique le site Queerty.

Les stars du genre, de plus en plus populaires aux États-Unis, notamment, comme Conner Habib ou Bravo Delta, y expliquent leurs motivations : l’argent facile est la première d’entre elles. Par ailleurs, ils se défendent d’être des homosexuels refoulés ou encore bisexuels. Comme c’est le cas de la jeune star montante Malachi Marx : « Il y a eu des moments où je me demandais suis-je gai? N’est-ce pas quelque chose que j’utilise comme une excuse? », confiait-il il y a quelque temps.

Bravo Delta dans "Straight Guys"
Bravo Delta dans « Straight Guys »

« Et j’ai passé beaucoup de temps à explorer ma conscience… Je n’aurais jamais rien fait de gai dans ma vie si je n’avais pas été payé pour le faire. Je mets un masque, une façade, je joue un rôle et je fais du fric. C’est beaucoup de pognon et un bon train de vie si ton esprit et ton corps peuvent le supporter. Mais je serai bien heureux quand j’en serai sorti », poursuit le canadien en contrat avec les productions Randy Blue. Des propos cités par le blog Osagay.

 Certains acteurs « gay for pay » sont même mariés, comme Reese Rideout, autre tête d’affiche du label Randy Blue, dont l’épouse comprend parfaitement le travail de l’acteur porno. Du côté des pontes de l’industrie du X gay for pay, on comprend que cette tendance a la côte dans un marché en pleine évolution et très concurrentiel, à l’instar d’autres niches comme le porno bareback, amateur, le gonzo il y a quelques années (dans le X hétéro, essentiellement) ou encore le fétichisme. Autant de segments de marché qui correspondent aux fantasmes de spectateurs exigeants et constamment sollicités, à l’ère du tout gratuit d’Internet.

Daniel Laurin-Straight Guys_03

Source : Ragrap

Crédit photos: site docnow.ca et straightguysdoc.com