Catherine Gaillard: une amazone dans l’univers du conte

Par  |  Aucun commentaire

amazones contes Montréal lesbiennes

Quand on pense aux contes, on songe souvent aux histoires fantastiques que nous lisaient nos parents. Et des contes pour enfants, Catherine Gaillard en narre également. Mais à Montréal, c’est en tant que femme engagée – féministe et lesbienne – qu’elle vient avec Les Amazones, d’hier à aujourd’hui ; un conte pour adolescents et adultes, l’histoire épique de deux combattantes et du fil qui les relie sans le savoir : Antinéa doit affronter le dilemme de lutter jusqu’à la mort ou bien épouser l’Athénien Périmos et trahir son royaume ; Sara, qui rêve d’un monde pacifique, défile, elle, à la marche des fiertés.

« Les lesbiennes d’aujourd’hui sont les Amazones d’hier, cela m’intéressait de comparer leurs imaginaires », explique la conteuse aux yeux clairs. « Hier, les Amazones combattaient à cheval, les armes à la main pour défendre leur communauté contre la société athénienne patriarcale ». Cette logique oppressive poursuit les femmes de nos jours, « citoyennes de seconde zone » et les lesbiennes, quoique plus libres, doivent toujours défendre leurs droits dans les milieux plus fermés, et lutter contre « la prison du genre qu’on nous assigne ».

Parler directement à l’universel

Également militante, Catherine Gaillard est une amazone qui mène à travers les contes une lutte esthétique, utilisant la parole pour « parler directement à l’humanité, à l’universel ». Avec les Amazones, elle espère toucher à Montréal un large public, y compris hétérosexuel et masculin. « Je n’ai pas besoin d’être sioux pour me sentir concernée par le sort des Indiens d’Amérique, dès lors qu’il s’agit de droits humains », justifie celle qui dit apprécier venir ici pour exercer « l’art de l’oralité ».

« Le Québec est un pays de tradition orale, où il y a un vrai talent pour dire, exprimer, chanter, reconnaît-elle. Cet art traditionnel est plus vivant qu’en Europe où on le remise au musée, même si le genre a survécu en Bretagne et se renouvelle depuis les années 1970 ».

Catherine Gaillard intervient également les 22 et 30 octobre, respectivement lors des soirées « Contes amoureux » – où elle narrera un amour lesbien – et Contes coquins, avec une histoire qu’elle promet comique !

Les Amazones, d’hier à aujourd’hui. L’homosexualité à travers les siècles
Dans le cadre du Festival interculturel du conte du Québec
Samedi 29 octobre, 20h
Maison de la culture Frontenac
www.festival-conte.qc.ca