Candidature républicaine : quand les lesbiennes s’en mêlent

Par  |  Aucun commentaire

Newt Gingrich candidat républicain États-Unis

En 1995, alors que le républicain devient président de la Chambre des représentants, sa demi-sœur décide de s’engager politiquement. Elle est aujourd’hui connue à travers le pays pour son engagement à la Human Rights Campaign et pour son autobiographie intitulée Accidental Activist: A Personal and Political Memoir. Son livre lui a valu d’être élue femme de l’année en 1996 par le magazine féministe Ms.

Récemment en entrevue à l’émission de Rachel Maddow, présentatrice lesbienne, Candace Gingrich-Jones a assuré qu’elle travaillerait fort pour assurer la réélection de Barack Obama, quel que soit le candidat républicain.

Elle à tout de même préciser avoir toujours été traité avec respect par son frère. Le seul signe visible de son homophobie a été son absence à son mariage, mais la femme explique qu’il était hors du pays à ce moment-là. Elle ajoute avoir tout de même reçu un cadeau de lui.

Un autre candidat concerné

Newt Gingrich est pourtant ferme dans son discours à propos de l’homosexualité. Il s’oppose au mariage gai qu’il considère comme une aberration passagère et souhaite le retour de la loi Dont ask, dont tell abolie cet automne et soutient que les gais choisissent leur orientation sexuelle.

Lors d’un diner officiel en mai dernier, l’activiste Nick Espinosa a vidé une boite de confettis multicolores sur la tête du candidat républicain et son épouse en lui lançant : « Ressens l’arc-en-ciel, Newt. Arrête la haine et les politiques anti-gais. Elles divisent notre pays et ne sauvent pas l’économie ».

Gringrich peut craindre le pouvoir de sa demi-sœur. Il pourra toujours se rassurer en se disant que son plus proche rival à l’investiture républicaine Mitt Romney a le même genre de problème : sa fille est ouvertement lesbienne.

Crédits photo: IowaPolitics.com