Bilan du FIMA 2011: les organisateurs ravis

Par  |  Aucun commentaire

FIMA 2011 Sainte-Catherine

Le ton de Chantal Scholl est sans équivoque. Avant même qu’elle nous parle du festival, on sent son enthousiasme. « Ce fut une édition exceptionnelle », lance-t-elle d’entrée de jeu. « Autant du point de vue de l’achalandage, du déroulement, de la satisfaction du public et des artistes, tout était là pour faire de cette année, une édition formidable. Même la météo était de notre côté! »

Cette réussite, Marie-Chantal Scholl, l’associe aussi à une équipe vaillante. Le personnel de l’événement a assurément contribué à son succès. L’organisation se dit aussi ravie de sa nouvelle formule de cinq jours qui a permis d’éviter l’éparpillement des activités.

Un gros point noir : les coupures gouvernementales

La responsable des communications affirme avoir reçu de la part des artistes performeurs des commentaires plus qu’élogieux : « Nous avons eu la visite de plusieurs artistes du monde entier, ayant tourné leurs performances un peu partout sur la planète. Ils étaient tout simplement abasourdis par la réponse et la participation du public montréalais. Certains d’entre eux ont clairement indiqué n’avoir jamais vu ça! »

À travers ce succès, une ombre persiste toutefois : les nombreuses coupures gouvernementales qui ont privé cette année l’événement de plusieurs subventions, causant un déficit (dont le FIMA ne précise pas le montant). Pour les organisateurs de l’événement, « il importe de dénoncer ces coupures qui font du tort à la culture et nuisent à des manifestations artistiques importantes comme le FIMA ».

Crédits photo: Kalibre.