Au FNC, aujourd’hui : The Ballad of Genesis and Lady Jaye, film captivant

Par  |  Aucun commentaire

balad of Lady Jane FNC

Avant même de rencontrer la femme de sa vie, Genesis Breyer P-Orridge n’était pas du genre à faire dans le conventionnel. Père de la musique industrielle et à ce titre figure importante de la scène underground anglo-saxonne dans les années 70, sa personnalité pour le moins excentrique tout comme les thèmes abordés dans son œuvre (par exemple la pornographie et la prostitution) ont suscité polémique et discussions.

Mais The Ballad of Genesis and Lady Jaye s’attarde surtout longuement sur la relation de Genesis Breyer P-Orridge et Lady Jaye. Cette dernière, épousée en 1993, est soudainement décédée, des suites d’un cancer, en 2007, laissant son double orphelin de leur incroyable projet, eux qui « ne voul[aient] plus être des individus » au sens propre du terme.

« Corps d’ange »

« Au lieu d’avoir des enfants, ce qui est une manière que deux personnes utilisent pour devenir une nouvelle personne, pourquoi ne pas nous-mêmes devenir cette nouvelle personne », dit ainsi  à Marie Loisier pour expliquer cette démarche. Pour créer cet être pandrogyne,– appelé simplement Breyer P-Orridge – ils ont tous deux eu recours à d’innombrables opérations de chirurgie esthétique, résultant sur ce que l’ancien petit garçon originaire de Manchester appelle « des corps d’anges ».

En plus des implants mammaires ou encore du port de perruques, Genesis Breyer P-Orridge a également renoncé à employer le pronom he ou she pour parler de lui-même (préférant le neutre s/he).

Entre archives et entrevues, les images du documentaire sont saisissantes. De quoi prédire à tous les spectateurs du FNC un voyage aussi déconcertant que surprenant. Le documentaire a été récompensé au dernier festival de Berlin (pour les Teddy Awards, qui récompense les créations LGBT). The Ballad of Genesis and Lady Jaye se veut autant le récit d’une histoire d’amour que celui d’une création artistique hors-normes.

The Ballad of Genesis and Lady Jaye
Au Festival du Nouveau Cinéma
Le 16 octobre, à 14h45
Au Cinéma Parallèle
3530, boul Saint-Laurent