Art et Nature – Beloeil

Par  |  Aucun commentaire

Deuxième agglomération en importance sur le Richelieu, Beloeil et Mont-Saint-Hilaire sont une destination facile d’accès à partir de Montréal , à peine à 30 km par l’autoroute 20.
Le Vieux-Beloeil recèle de nombreuses demeures patrimoniales et la promenade en vaut le détour le long du Richelieu. En profitant de l’esplanade spécialement aménagée face à l’Église Saint-Matthieu, une promenade dans le cœur du Vieux-Beloeil permet de découvrir un site enchanteur. On peut admirer la beauté du Richelieu, du Mont Saint-Hilaire, cette montérégienne posée dans la plaine de l’autre côté de la rivière, et des maisons ancestrales. C’est dans ce cœur historique que Beloeil est devenue au fil des ans, un site de haute gastronomie avec un nombre impressionnant de bons restaurants permettant de profiter de ce décor enchanteur.
Mont-Saint-Hilaire de l’autre côté de la rivière est une ville d’arts et de nature. C’est ce décor magnifique avec des vergers en flanc de montagne qui a vu naître le peintre Ozias Leduc, ainsi qu’un de ses élèves Paul-Émile Borduas, l’un des signataires du Refus Global. Ce fut aussi le lieu de résidence du sculpteur Jordi Bonnet. Le Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire a comme mandat de préserver la mémoire et de promouvoir l’héritage de ces artistes, trois figures emblématiques de la région, en plus d’offrir une vitrine prestigieuse aux créateurs de la région et au-delà.
En visite à Mont-Saint-Hilaire, il faut faire un détour par le Manoir Rouville-Campbell, un ancien manoir seigneurial construit en 1832 pour accueillir la famille du seigneur René Hertel de Rouville qui sera racheté par le major Thomas Edmund Campbell en 1844. C’est lui qui modifiera la résidence seigneuriale pour lui donner le style Tudor inspiré de son Écosse natale en 1850. Abandonné par les châtelains, le sculpteur Jordi Bonet l’achètera en 1969 pour en faire son atelier et sa résidence jusqu’à son décès. Classé monument historique depuis 1977, c’est maintenant un hôtel de luxe.
Un peu plus loin sur la montée des Trente, le site de La Maison amérindienne vous permet de découvrir diverses facettes des cultures amérindiennes du Québec et du Canada.
Le mont Saint-Hilaire aux pieds duquel la ville est bâtie, est l’une des neuf collines montérégiennes. La montagne fait partie de l’aire centrale de la réserve de biosphère qui a été désignée en 1978, une première au Canada, Sur le site de son Centre de la Nature, une des dernières forêts anciennes intactes du sud du Québec, vous aurez la chance de parcourir un réseau de 25 km de sentiers et de monter quatre sommets qui offrent des panoramas magnifiques permettant autant d’observer le mât du Stade olympique au loin que les montagnes du Vermont.