Another Year: l’inégalité face au bonheur selon Mike Leigh

Par  |  Aucun commentaire

Another Year

Tom (Jim Broadbent) et Gerri (Ruth Sheen) forment un couple satisfait et bien assorti. Après avoir fait le tour du monde dans leur prime jeunesse, ils se sont posés, habitent désormais une maison agréable et cossue et ont chacun un métier qu’ils aiment.
Autour de leur univers gravitent leurs famille et amis qui eux, ne semblent pas tous avoir la même chance. Mary (incroyable Lesley Manville) n’arrive pas à trouver l’homme qui saurait la rendre heureuse, mais place beaucoup d’espoir dans l’achat d’une petite voiture rouge. Ken (Peter Wight) paraît angoissé par la retraite qui se rapproche, regrettant de plus en plus ses souvenirs de jeunesse perdue. Ronnie (David Bradley), le frère de Tom, voit chaque jour la santé de sa femme se détériorer, et ne réussit pas à établir de connexion avec son fils Carl (Martin Savage).

Le scénario nommé aux Oscars

Cette trame narrative, Mike Leigh la développe avec un langage d’une simplicité parfaite et singulière. Pas le moindre détail qui détonne; pas de fioritures ou d’embellissements en trop. Le réalisateur donne presque l’impression d’avoir reconstruit la vie en entier à travers ce qu’il capture des mœurs et humeurs d’individus remettant en question la valeur de leur existence.
Another Year n’a sûrement pas volé sa nomination aux Oscars pour le meilleur scénario: l’écriture, rythmée mais toute en douceur, d’une authenticité désarmante, rappelle beaucoup celle des meilleurs films de Woody Allen – Hannah et ses soeurs au sommet de la liste – dans l’observation du quotidien et le raffinement de l’étude psychologique. Tour de force également dans le mélange des genres, la drôlerie côtoyant le tragique sans aucune fausse note.

Interprétation proche du sublime

L’interprétation, nuancée et extrêmement précise, frôle le sublime. La caméra permet d’ailleurs le plein épanouissement du jeu des acteurs, n’étant jamais intransigeante ou impitoyable : elle se pose plutôt, impudique spectatrice, s’arrêtant sur les visages et cicatrices que ces derniers tentent en vain de camoufler. La photographie sait exposer les peurs du vide et l’intensité des trop-pleins, toujours avec la même grâce, tout en captant fidèlement la symbolique des saisons et de l’année qui tranquillement s’écoule.
Another Year est sans conteste une œuvre de maturité, élégante mais sincère, qui plaira à ceux qui cherchent au cinéma plus qu’un divertissement. Elle ne saura cependant les rassurer sur la possibilité d’un bonheur fait maison.
Another Year
De Mike Leigh
Avec Jim Broadbent, Lesley Manville, Ruth Sheen et Peter Wight
129 min
Ci-dessous la bande annonce du film: