Alexandre Loukachenko : « Mieux vaut être dictateur que pédé »

Par  |  Aucun commentaire

Alexandre loukachenko Biélorussie gais homosexuels Belarus

En marge d’une compétition de ski, Alexandre Loukachenko a répliqué, le 4 mars, aux sanctions économiques de l’Union européenne. Celles-ci font suite à l’arrestation d’opposants au dictateur, arrivé au pouvoir en 1994.

Parmi les critiques les plus dures contre Alexandre Loukachenko, on retrouve le ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, ainsi que Guido Westerwelle, chef de la diplomatie allemande, par ailleurs ouvertement homosexuel.

Selon l’Agence France Presse, le dirigeant biélorusse a choisi de leur répondre à sa manière : «En ce qui concerne le second, qui crie à la dictature (…) après avoir entendu ça je me suis dit: mieux vaut être dictateur que pédé. »

Discrimination généralisée contre les GLBT

Ce n’est pas le premier débordement homophobe d’Alexandre Loukachenko. En février 2011, il avait ainsi affirmer qu’il « n’aim[ait] pas les pédés », expliquant également avoir conseillé « les yeux dans les yeux » à Guido Westerwelle de mener une  « vie normale ».

À la même époque, le pouvoir biélorusse avait autorisé, pour la première fois, une manifestation GLBT dans les rues de Minsk, capitale du pays. Une dizaine de personnes seulement y avait participé. L’homosexualité n’est plus pénalement réprimée depuis 1994 dans cette État d’Europe de l’Est. Cependant, les militants dénoncent la discrimination généralisée à différents niveaux de la société.

Crédit photo : chavezcandanga.