Alberta: l’homophobie bien présente dans les écoles catholiques

Par  |  Aucun commentaire

Dans la foulée du rejet d’une initiative qui aurait facilité la création des Gay-Straight Alliances, des groupes encourageant l’acceptation envers les minorités sexuelles dans les écoles albertaines, une ex-élève d’une école catholique d’Edmonton dénonce l’homophobie dont elle dit avoir été victime, rapporte Radio-Canada dans un reportage de Nassima Ennahdi.

« Je faisais une campagne contre le harcèlement, et j’ai expliqué à l’enseignante qui dirigeait le projet que j’avais du mal à faire une campagne contre le harcèlement si on ne mentionnait pas que de nombreuses personnes étaient harcelées à cause de leur orientation sexuelle », se souvient Haley O’Shawnessy, qui étudie maintenant à Toronto. « Elle m’a dit : Haley garde tes bretelles arc-en-ciel chez toi. »

Haley O’Shawnessy est maintenant présidente d’une association aidant les minorités sexuelles à Trinity College, un établissement anglican au sein de l’Université de Toronto.

Elle a invité Tonya Callaghan, une chercheuse ayant réalisé une étude sur l’homophobie dans les écoles catholiques albertaines, à venir parler de son sujet.

« Les écoles catholiques sont exemptées d’enseigner les cours du système public. Le cours sur la sexualité devient un cours de religion dans lequel on mentionne la reproduction selon la foi catholique et que l’homosexualité est une abomination, un pêché, » explique-t-elle. « Les jeunes apprennent la sexualité dans un environnement haineux envers les homosexuels. »

Tonya Callaghan croit que les écoles catholiques sont des foyers homophobes, car, au cours de son étude, elle a rencontré des professeurs homosexuels craignant d’être renvoyés, et des étudiants déchirés entre leur foi et leur orientation sexuelle.

La liberté de religion  invoquée

Le président d’un groupe qui défend la liberté de religion enchâssée dans la Charte des droits et libertés, John Carpay, estime pour sa part qu’« une religion a des standards [et] des demandes ».

« Tout le monde est le bienvenu [dans les écoles catholiques], mais personne n’a le droit de dire qu’il peut avoir des relations sexuelles qui sont contre l’enseignement de l’Église, » soutient le président de Justice Centre for Constitutional Freedoms.

John Carpay rappelle également que les étudiants hétérosexuels doivent eux aussi respecter certains dogmes, comme celui de ne pas « s’exprimer sexuellement hors du mariage ».