Tunisie: une porte-parole d’un parti islamiste appelle au meurtre d’un jeune homosexuel

Par  |  Aucun commentaire

Le 1er décembre, Hanan Khmiri, avocate et porte-parole de la section « Femmes » du parti politique islamiste Hizb ut-Tahrir a posté un statut sur son compte Facebook appelant au meurtre du jeune Haythem victime d’une agression homophobe le 28 novembre dernier. L’avocate a demandé à ce que le jeune homme – qu’elle a qualifié de criminel – soit jeté du plus haut bâtiment de Tunis, en l’occurrence l’hôtel Africa. Elle a aussi tenu des propos désobligeants envers l’association Shams pour la dépénalisation de l’homosexualité qui a porté plainte contre l’avocate pour incitation à la violence.

La plainte est fondée sur les articles 50 et 51 du décret-loi n°2011-115 du 2 novembre 2011 relatif à la liberté de la presse, de l’imprimerie et de l’édition plus précisément relatif à l’incitation aux infractions. L’article 50 punit « ceux qui incitent directement une ou plusieurs personnes à commettre [une infraction], de ce qui peut être suivi d’un acte, soit par voie de discours, paroles ou menaces dans les lieux publics […] ou par tout autre moyen d’information audiovisuelle ou électronique. « 

L’article 51 punit « d’un emprisonnement d’un an à trois ans et d’une amende de mille à cinq mille dinars quiconque incite directement […] à commettre un crime d’homicide, d’atteinte à l’intégrité physique de l’homme, de viol ou de pillage, dans le cas où l’incitation n’est pas suivie d’effet. « 

Haythem avait été agressé à coups de couteau et d’une bouteille de verre à la tête, en plein centre-ville par deux personnes l’ayant reconnu comme l’un des six jeunes de Kairouan emprisonnés pour homosexualité en janvier dernier. Il est actuellement hospitalisé et devra subir une intervention à son œil gauche.